Binet Montmartre: Hôtels, Bureaux

Paris, France


Le principe opératif de la façade est fondé sur la création d’une « frange servante », de 0,80m d’épaisseur au nord et autant au sud. Elle va nous permettre, d’une part, de donner de la profondeur aux linéaires de façades importants, les animer et produire des effets cinétiques jour/nuit, d’autre part, d’incorporer le mobilier du type armoire et banquette-sofa, et enfin d’offrir la possibilité d’une bande linéaire technique pour le passage des flux.

Le vecteur temps et la réversibilité du bâtiment sont ainsi assurés, permettant dans un futur peut-être proche, la transformation de la façade nord en balcons urbains en cas de pacification du Périphérique, et l’investissement de l’épaisseur de la façade sud en cas de futur changement de programme du bâtiment.

Ainsi, grâce à un même système constructif, sont prévues deux sortes de filtres sur la façade : des miroirs côté périphérique pour mettre en scène le grand paysage parisien, et des toiles jaune clair côté cœur d’îlot, mettant en place un filtre visuel protégeant les « vues indésirables » dans les chambres depuis l’extérieur.

Du point de vue architectural, l’objectif de la césure, en sus de l’insertion urbaine précédemment décrite, est aussi programmatique : la construction d’espaces d’interaction entre les occupants, sortir pour fumer, discuter, prendre l’air, profiter du beau temps en été. Pour cette raison, les passerelles, sous le prétexte technique d’une connexion des issues de secours, proposent des largeurs différentes, propices à l’installation de bancs, de canapés extérieurs, et d’une abondante végétation.